201603-Head-Lettre-2

Edito

Chers amis de Milosz,
Vous avez été nombreux à saluer la création de cette lettre d’information consacrée à Milosz. Heureux que cette initiative réponde à une attente des admirateurs du poète, nous vous adressons ce deuxième numéro de la GAZETTE D’OSCAR et nous vous encourageons à nous faire part de vos suggestions et informations !

Le bureau du Comité Directeur


Sur vos agendas

Samedi 26 septembre 2015 : Réunion du Comité Directeur.
Courant du mois d’octobre 2015 : envoi du Cahier 54.
14 et 21 novembre (20h30), 15 et 22 novembre (16h30) :
spectacle Oscar Milosz – Les Hautes Solitudes (poèmes dits
par Z. Blazynsky ; chant, piano et kanklès : Birutė Liuorytė-
Gambus). À la crypte du Martyrium St-Denis (Paris XVIIIe).
Samedi 5 décembre 2015 : Assemblée générale de notre association, précédée d’un déjeuner amical au restaurant Le
François Coppée (1, bd du Montparnasse, Paris VIe).


Lettre_2_img_1

Rendez-vous de printemps à Fontainebleau

C’est en associant avec émotion le souvenir de Janine Kolher et celui de Pierre Garnier à leur hommage rituel de printemps que les Amis de Milosz se sont réunis autour de la tombe du poète le 6 juin 2015. Notre nouveau président Richard Backis a rappelé les actions d’ores et déjà entreprises pour revitaliser notre association. Ont pris ensuite la parole tour à tour S.E. Arunas Gelunas, délégué permanent de la Lituanie auprès de l’Unesco ; Mme Vida Graziene, attachée culturelle, s’exprimant au nom de l’ambassadeur de Lituanie en France ; puis Mme Hélène Maggiori, représentant la municipalité de Fontainebleau. Zygmunt Blazynsky, avec le concours de Joséphine Ferrari, a conclu cette cérémonie par une belle lecture de trois poèmes. Une vingtaine de convives ont partagé ensuite le buffet préparé dans le jardin de l’Hôtel Victoria. C’est à Rodolphe Kohler qu’avait été confié le rôle de prononcer cette année l’allocution qui suit le repas : il a choisi de résumer près d’un demi-siècle d’une relation privilégiée avec Oscar Milosz. Cette évocation personnelle et passionnante a été suivie par la lecture de trois nouveaux poèmes, choisis également dans l’édition publiée en 1915 par l’éditeur Fourcade – centenaire de publication oblige !

Photo. De gauche à droite : A. Gelunas, R. Backis, V. Graziene, H. Maggiori et L. Maknavicius.


Un nouvel académicien dans notre Comité d’Honneur

Notre association s’enorgueillit de compter dans son Comité d’Honneur des personnalités éminentes, dont l’attachement à Oscar Milosz contribue publiquement au rayonnement de son œuvre. Figurent notamment parmi elles deux membres de l’Académie française : René de Obaldia et Angelo Rinaldi. Et voici que, lors de sa séance du lundi 16 mars 2015, l’Académie des Sciences morales et politiques a élu au premier tour de scrutin notre ami Pierre Brunel, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, au fauteuil laissé vacant par le décès de son maître Gérald Antoine, dans la section Morale et Sociologie. Cette distinction vient consacrer de manière éclatante une brillante carrière d’enseignant, de chercheur et de critique, ainsi qu’un rôle de tout premier plan dans le milieu du comparatisme littéraire européen. Les Amis de Milosz félicitent de tout cœur Pierre Brunel pour son entrée prochaine sous la Coupole de l’Institut de France et se réjouissent de le voir ceindre bientôt l’épée d’académicien !


Don des archives de Jacques Buge à la BnF

Les Amis de Milosz sont devenus dépositaires en mai dernier des archives de l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre d’Oscar Milosz : Jacques Buge. Son maître et ami Jean Thomas a souhaité en effet transmettre à notre association les archives du chercheur pour en assurer la pérennité. Nous sommes très obligés à Jean Thomas pour cette marque de confiance envers nous et de fidélité envers son ancien élève trop tôt disparu.
L’examen des documents a permis d’y reconnaître le manuscrit de l’ouvrage majeur de Jacques Buge : sa thèse consacrée à Milosz et publiée par la librairie Nizet en 1963, sous le titre Milosz en quête du divin. Outre ce document, le fonds comprend un recueil d’essais consacrés à Milosz et des manuscrits d’études sur la littérature et la poésie – Mallarmé, Robert Ganzo, Max Picard, Louis Guillaume.
Soucieux de la préservation de cet ensemble de manuscrits, nous avons pris contact avec le département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, qui a accepté la donation de ces archives. C’est ainsi qu’un fonds Jacques Buge a été créé sous la cote NAF 28858.
Dans sa lettre de remerciements, Bruno Racine, président de la BnF, a souligné notamment que, « grâce à la générosité des Amis d’Oscar Milosz, c’est tout un pan de la réception en France de l’œuvre du poète qui se trouve éclairé ». Quant à nous, nous ne pouvons que nous réjouir que justice soit ainsi rendue à ce grand « ami de Milosz » et à ce chercheur exigeant, sensible et passionné, que fut Jacques Buge.

Jacques Buge (1933-1972)

C’est par l’intermédiaire du poète Louis Guillaume que Jacques Buge, alors élève à l’École Normale d’instituteurs d’Auteuil, découvrit dans les années cinquante l’œuvre de Milosz. Principal artisan de l’édition des deux volumes de poésie pour les Œuvres complètes chez André Silvaire, Jacques Buge a également consacré à Milosz une belle anthologie (Connaissez-vous Milosz ?, publiée par André Silvaire), ainsi que plusieurs études, dont la principale – Milosz en quête du divin – constitue un remarquable parcours à travers l’ensemble de l’œuvre de Milosz et demeure, après plus d’un demi-siècle, un ouvrage de référence.


Lettre_2_img_2

Soirée PRANAS à l’ambassade de Lituanie à Paris – Un grand illustrateur de l’œuvre de Milosz mis à l’honneur

Le soir du mercredi 29 avril 2015, une réception a été donnée en l’honneur du peintre Pranas Gailius, à l’invitation de S.E. Dalius Cekuolis, ambassadeur de Lituanie en France, et de l’association des Amis de Milosz. L’artiste s’est vu remettre à cette occasion par l’ambassadeur l’insigne de l’Étoile de la diplomate lituanienne, décernée par le Ministère des Affaires étrangères de la République de Lituanie. Dans les salons de l’ambassade, une projection vidéo et l’accrochage de plusieurs pièces offraient le privilège d’une rétrospective éphémère de l’œuvre féconde de Pranas, dont ce dernier a pris le temps de livrer lui-même plusieurs clés à l’assistance. Étaient mises à l’honneur en particulier les gravures inspirées par le poème « La Mer » de Milosz et celles de la « Suite lituanienne », qui illustrent certains des Contes et fabliaux de la vieille Lituanie. Une lecture bilingue de poèmes de Milosz a souligné ce double hommage rendu à l’artiste et à son inspirateur. Signalons qu’en marge de cette manifestation l’artiste a bien voulu nous accorder un entretien sur les liens entre son œuvre et celle de Milosz, dont l’essentiel sera publié dans notre Cahier 55, en 2016.

Photo. Pranas Gailius et Dalius Cekuolis.


Milosz, ma figure spirituelle : le choix de Christophe Langlois

C’est grâce à l’hebdomadaire chrétien d’actualité La Vie daté du 9 avril 2015 que nous avons fait la connaissance d’un admirateur de Milosz : Christophe Langlois. Né à Gisors en 1973, il est aujourd’hui le directeur des bibliothèques de l’Institut Catholique de Paris, après avoir été enseignant, puis conservateur à la Bibliothèque nationale de France. Dans l’article de La Vie signé Anne-Laure Filhol, il décrit essentiellement son itinéraire de conversion et son parcours d’écrivain. Une double page du cahier central, sous la rubrique « Ma figure spirituelle », propose une évocation personnelle d’Oscar Milosz, qui met l’accent sur sa poésie et sur son triptyque théâtral. Deux ouvrages de référence ont été choisis : La Berline arrêtée dans la nuit (anthologie de la collection « Poésie » Gallimard) et Miguel Mañara. Les Amis de Milosz auront certainement plaisir à découvrir cet écrivain attachant auquel on doit à ce jour deux recueils de nouvelles, Boire la tasse (2012) et Finir en beauté (2015), publiés tous deux par les Éditions de l’Arbre vengeur ; un essai intitulé La dictature du partage – Éloge de l’incommunicable (Lessius, 2015) ; et un recueil de poèmes, L’Amour des longs détours (Gallimard, 2014), où l’on ne manquera pas de remarquer cette belle triple dédicace :
« À Girolame.
« Aux enfants.
« Au maître des oiseaux, O. V. de L. Milosz. »


Apportez-nous votre soutien !

Vous n’avez pas eu l’occasion de payer votre cotisation en 2015 ? Vous êtes un(e) fidèle de longue date de l’association, mais vous n’avez pas cotisé récemment ? Vous n’êtes pas encore adhérent des Amis de Milosz ? N’hésitez pas à nous contacter et à nous apporter votre soutien, dans la mesure de vos moyens. Aidez-nous à poursuivre notre action en faveur de la reconnaissance et de la diffusion de l’œuvre d’Oscar Milosz !


La Gazette d’Oscar – Toutes les lettres
Contactez-nous
Accueil